La présente étude part de la découverte, dans une collection privée, d'une dalle de terre cuite rectangulaire de 60 x 42 cm, se terminant par une abside voûtée en son sommet. À l'intérieur, en haut-relief, il y a un groupe sculptural représentant Saint Martin à cheval partageant son manteau avec le pauvre homme, également appelé La Charité de Saint Martin. Il manque le bras de l'épaule gauche du saint et il y a un peu de colle, mais dans l'ensemble la terre cuite semble être en bon état.

Gian Lorenzo Bernini
Dalle avec groupe sculptural en haut-relief : Charité de Saint-Martin, terre cuite ; XVIIe siècle, environ la moitié. Collection particulière.

La figuration trouve un parallèle dans la statue de marbre de la Charité de Saint-Martin à Naples, autrefois à l'entrée de la Chartreuse de Saint-Martin et maintenant au Musée local, de Pietro Bernini.

Pietro Bernini, Charité de Saint-Martin, marbre ;
1598. Naples, Musée national de San Martino.

Pour comprendre la genèse de l'œuvre, examinons brièvement les débuts du sculpteur.
Né à Sesto Fiorentino en 1562, après un apprentissage à Florence en contact avec la ferveur artistique de la ville toscane, il se rend à Naples où il commence une heureuse activité artistique et où il se marie également, devenant le père de Gian Lorenzo en 1598. Il passe une autre brève période avec sa femme à Florence, mais entre 1596 et 1567 il revient à Naples, se faisant connaître par ses œuvres en marbre. Ainsi, vers 1598, il fut chargé par le vice-roi de réaliser quelques statues pour la Chartreuse de San Martino, datant du XIVe siècle, qui était en cours de modernisation dans un style baroque. Ainsi commence pour Pietro une période fervente de travaux importants dans la ville napolitaine. Pour la Chartreuse, il a créé le haut-relief en marbre avec "San Martino che dona il mantello al povero" (Saint Martin donnant son manteau au pauvre), en suivant l'histoire vraie du saint.

Cependant, une comparaison directe entre le haut-relief en marbre de la Certosa et la terre cuite examinée ici révèle immédiatement des différences substantielles, non pas d'image mais de style, qui entraînent quelques réflexions et perplexités. Il serait logique de supposer que la terre cuite a servi de modèle au marbre, compte tenu également du fait que les Bernini, père et fils, ont été utilisés pour créer des esquisses en terre cuite à montrer aux différents mécènes. De Gian Lorenzo, qui est né à Naples en 1598 et qui s'est rapidement imposé aux côtés de son père à Rome, il en reste beaucoup, parmi lesquels nous rappelons les belles pour la chaire de Saint-Pierre dans la basilique du Vatican ; pourtant, nous percevons trop de différence entre les deux œuvres. Le marbre sculpté par Peter semble bien froid comparé à la terre cuite et on sent l'héritage de Donatello encore du XVe siècle. Le Saint est rigide sur la selle, tout comme le cheval est distrait et indifférent, et il ne se retourne pas pour suivre la scène ; le pauvre homme qui reçoit la moitié du manteau est plus ému et certainement mieux. Cela rappelle la phrase de Baglione qui a écrit dans la vie de Pietro Bernini :
Pietro manipulait le marbre avec la plus grande franchise, de sorte qu'en cela il avait peu d'égaux...
...si cet homme avait eu plus de conception pour la facilité de travail il aurait été très avancé".

Pietro était sans aucun doute dépassé par son fils Gian Lorenzo, et la comparaison entre les deux, qui ont souvent travaillé ensemble, est en fait peu généreuse. En réfléchissant et en examinant la terre cuite avec le détachement nécessaire, nous constatons que les dimensions dépassent peut-être le concept commun d'une esquisse, mais cela ne suffit pas, car de nombreuses terres cuites de Gian Lorenzo sont également assez grandes. Néanmoins, de la nôtre émane une inspiration stylistique si élevée qu'elle enchante le spectateur. Toute la figure est mue par un vent impétueux : elle fait tourbillonner le crin du cheval, qui tourne soudainement avec un coup de patte de sorte qu'une extraordinaire corrélation symétrique se forme avec la tête ; elle fait tourbillonner le manteau, à peine tenu par la main du pauvre homme à moitié nu, en face du cheval, qui lève le bras pour retenir le bord du tissu, créant ainsi une autre belle corrélation. Saint Martin au milieu de ce tourbillon domine les deux figures, créant une symphonie triangulaire, très intéressante à différents points de vue. Son visage a une expression très douce et il se tourne vers le pauvre homme qui lui rend la pareille par un acte d'adoration sincère.

Dalle en terre cuite avec la Charité de Saint-Martin, détails.

Dans le regard intense qui passe du saint au simple mendiant, il semble que l'on retrouve cette expression d'abandon total à Dieu qui, élevée à la nième puissance, se retrouve dans les figures des mystiques créées par Gian Lorenzo, de Sainte Thérèse à la bienheureuse Lodovica Albertoni.
On note également que les visages des deux personnages dans la terre cuite rappellent les attitudes des membres de la famille assistant à l'extase de Sainte Thérèse dans la chapelle Cornaro de Santa Maria della Vittoria à Rome, tandis que le cheval apparaît proche du modèle tardif, également en terre cuite, de la statue équestre de Louis XIV, aujourd'hui dans la Galleria Borghese.

 Gian Lorenzo Bernini, Monument équestre de Louis XIV, croquis en terre cuite ; 1669-1670. Rome, Galerie Borghèse.

À la lumière de ce qui a été examiné, comment placer la terre cuite, qui a sans doute le même module narratif que le relief en marbre de Pietro à la Chartreuse de Naples ? Un modèle antérieur ou une dérivation ultérieure ? Il n'est pas impossible de supposer qu'une famille, peut-être napolitaine, a voulu pour sa maison, à Naples ou ailleurs, une copie bernoise de la statue de Saint Martin, présente dans la bien-aimée Chartreuse. Depuis la mort de Pietro à Rome en 1629, il s'est tourné vers son fils Gian Lorenzo, qui avait déjà collaboré avec son père sur de nombreux travaux importants. Au dos, on peut voir le détachement d'un mur ; peut-être avait-il été inséré comme recouvrement dans l'entrée d'un palais ou même dans une fontaine, structure architecturale très présente dans les jardins des maisons à l'époque baroque. Il reste donc à définir la période pendant laquelle il faut insérer la terre cuite dans la vie tourmentée et intense de Lorenzo. En fait, lorsque Pietro a exécuté la statue pour la Chartreuse, c'était en 1598, alors que Lorenzo venait de naître, donc cette terre cuite est sans doute plus tardive, mais de combien ?
Considérant qu'elle s'avère clairement être une œuvre achevée, nous pensons pouvoir la situer vers le milieu du XVIIe siècle, entre la pyramide verticale de la Fontaine des Fleuves de Piazza Navona (1648 - 1651) et le Constantin à cheval positionné en 1670 dans l'atrium de la Basilique Saint-Pierre, mais déjà commencé en 1654.
Quelle que soit la manière dont elle nous est parvenue par le biais du marché des antiquités, cette belle terre cuite révèle tout le potentiel que la manipulation d'une simple argile peut offrir dans les mains habiles d'un artiste.